Jeudi 30-06-2022
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Post Scriptum  
 
 
 
Création de conditions nécessaires pour promouvoir et développer le TSGP
 
 
Mise à jour : 23-06-2022
 
Suite à la réunion de travail de dimanche à Abuja (Nigeria) entre les ministres de l'Energie de l'Algérie, du Nigeria et du Niger, le projet du Trans Saharan Gas Pipeline (TSGP) prend forme cette fois-ci et se concrétisera sur 3 ans au maximum en tant qu'infrastructure régionale de portée internationale permettant l'approvisionnement de l'Europe en gaz naturel et le développement socio-économique des trois pays partenaires de ce projet., dont la faisabilité technique a été déjà validée et acceptée par les trois pays, qui ont décidé de créer des mécanismes de suivi à différents niveaux pour avancer dans la réalisation du pipeline et aussi pour surmonter les obstacles. L'analyse de tous les éléments du tracé et des réalités géopolitiques examinés au cours de la réunion tripartite d'Abuja semble indiquer que le gazoduc est en voie de réactivation à travers l'entame des études techniques, en prévision de son lancement sur le terrain dans les plus brefs délais.
" La réactivation du projet TSGP intervient dans un contexte géopolitique et énergétique particulier, marqué par une forte demande sur le gaz et le pétrole, d'une part, et par une offre stagnante en raison de la baisse des investissements, en particulier dans l'amont pétrolier et gazier entamé depuis 2015 ", a indiqué M. Arkab ministre algérien de l'Energie au début de la réunion d'Abuja. Ce gazoduc se présente comme " une nouvelle source d'approvisionnement des marchés, dont la demande ne cesse de croître, au vu de la place qu'occupe le gaz naturel dans le mix énergétique futur ", a-t-il affirmé, ajoutant qu'avec les avantages qu'il offre, le projet viendra renforcer davantage les capacités de production, d'expédition et de valorisation des trois pays. Parmi ces avantages, il a cité le développement qu'apportera ce projet aux populations locales et aux différentes régions du transit. A cet égard, le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab au cours de la réunion d'Abuja  a expliqué les avantages les plus importants de la réalisation de ce projet. En plus du développement économique et social que ce projet apportera à la population locale et aux différentes zones de transit, " il donnera également la possibilité de relier d'autre pays comme le Mali et le Tchad, et permettra également le renforcement des infrastructures existantes et nouvelles pour le transport par pipeline, telles que la section " Projet de pipeline Gaz naturel AKK " d'une longueur de 614 kilomètres et le GR-5, qui relie les champs de l'extrême sud-ouest de l'Algérie, précisant que " ce projet bénéficiera des opportunités offertes par l'Algérie, en termes d'infrastructures, notamment le réseau de transport, les groupes de gaz naturel liquéfiés (GNL) et les infrastructures de pétrochimie ainsi que la position géographique proche des marchés de gaz ".
L'Algérie accorde un intérêt particulier à la concrétisation rapide du projet de ce gazoduc transsaharien visant à connecter les gisements de gaz naturel nigérians à l'Europe via un réseau de  gazoduc algérien en passant par le Niger et qui donnera un nouvel élan aux relations entre les trois pays, en termes de coopération technique et de renforcement technique et induira des retombées socio-économiques importantes dans son itinéraire , dans le respect de la protection de l'environnement et du développement durable.
Ce méga-projet algero-nigérian inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du  Nouveau Partenariat de Développement de l'Afrique (NEPAD), en tant que  grand projet  structurant, est  estimé selon les premières études à 10 milliards de dollars. Sa fiche technique se propose d'acheminer 20 à 30 milliards de m3 de gaz naturel du Nigeria vers l'Europe via le Niger et l'Algérie. Ce TSGP gazoduc intercontinental est d'un linéaire de 4.128 kilomètres dont 1.037  en territoire nigérian, 841 au  Niger et 2.310 autres kilomètres en territoire algérien.. Ce gazoduc devra permettre de collecter le gaz du Sud du Nigéria et le transporter jusqu'au Nord, dynamisant les zones de son passage. Il permettra également de récupérer le gaz du Sud algérien pour le transport jusqu'au Nord. L'avantage du TSGP est a priori évident car il faut préciser que le gaz à ramener du Nigéria est deux fois plus près du marché européen que de la Sibérie. Son deuxième  avantage est l'impact qu'il aura au point de vue développement local non seulement du Nord du Nigéria, mais aussi du Niger et peut-être même du Burkina Faso qui n'est pas si loin du tracé envisagé. En Algérie le projet pourra bénéficier des facilités et infrastructures existantes aussi bien en matière de transport par gazoducs vers le marché européen, que par liquéfaction.
B. C.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
19e Jeux Méditerranéens d'Oran, l'Algérie Messager de la paix, de la confiance et de l'espoir
Hommage à un grand patriote Retour sur la dernière entrevue avec Mohamed Boudiaf
Déclaration de Draghi sur l'absence de Poutine au prochain G20 Le Kremlin réagit
Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine Mohamed Boudiaf, 30 ans depuis sa disparition
Nouvelle découverte de gaz L'Algérie demeure en position de force
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
  Sant
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous