Samedi 18-09-2021
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Nation  
 
 
 
économie nationale Relance forte et durable à travers des réformes audacieuses
 
 
Mise à jour : 16-09-2021
 

Par : ammar zitouni

 
Plus que jamais, il s'agit pour l'économie nationale de faire dans l'élaboration d'outils de mesure et d'analyse pour mettre en évidence l'impact et les effets potentiels de la croissance sur le niveau et la nature de l'emploi, le bien-être, le niveau des revenus, la répartition équitable et la promotion de l'investissement porteur. 
 
Une remise en cause de la gouvernance économique actuelle du pays qui s'impose en urgence pour faire face à l'impact néfaste de la chute des revenus pétroliers et des conséquences de la pandémie du coronavirus (Covid-19) mais aussi en raison des perturbations du commerce international, la forte baisse des recettes d'exportation et des investissements privés.
Dans un contexte de crise sanitaire et à d'autres chocs économiques, le retour à une croissance durable va largement dépendre de la capacité du nouveau gouvernement du Premier ministre, ministre des Finances, Aïmen Benabderrahmane à mobiliser des ressources intérieures pour les investissements prioritaires dans le capital humain et les infrastructures, ainsi que des réformes d'envergure pour stimuler l'investissement privé et la création d'emplois, accélérer le passage à l'économie numérique, stimuler la productivité et la production nationale, et renforcer la sécurité alimentaire et la lutte contre le chômage et la pauvreté en raison surtout des pertes d'emplois dans les secteurs clés de l'industrie et des services, ainsi que de la perte soudaine des revenus pour les habitués de l'informel affectés par les mesures de confinement. Les mesures visant à préserver les moyens de subsistance, une relance rapide de l'économie nationale restent une priorité à court terme du nouveau gouvernement, mais elles devront être associées à des réformes  ambitieuses pour mettre le pays sur la voie d'un relèvement économiques et social tangible et durable. Un nouvel élan de réforme est essentiel pour reconstruire mieux et plus fort après la crise.
A travers les segments économiques et financiers relatés par le Plan d'action du gouvernement, l'économiste B. Souad estime que la mobilisation de ressources intérieures supplémentaires est devenue essentielle pour soutenir les priorités en question, " ce qui nécessite des réformes fiscales d'envergure, notamment la suppression de certaines exonérations fiscales inefficaces et l'optimisation des autres fiscalités ". Pour le Pr. Souad, le Plan d'action du gouvernement prône une démarche inclusive " pour restaurer la confiance des investisseurs nationaux et étrangers ". Cette quête d'une confiance plus ancrée des investisseurs se trouve à un enjeu de taille : conjuguer Etat de droit, stabilité politique et légitimité de la gouvernance à la fois économique et sociale, en luttant contre le sous-développement, la pauvreté, le chômage pour une transformation structurelle de l'économie nationale visant une croissance forte et rapide, de la restructuration de l'administration avec une gouvernance rationnelle, au service de l'intérêt général, explique-t-elle encore. Pour elle le budget de l'Etat qui contribue largement au produit intérieur brut (PIB), joue un rôle important dans le mouvement économique du pays, car la Fonction publique et les institutions gouvernementales constituent la grande partie des emplois disponibles, " et les marchés publics et le partenariat sont un pilier dans le développement du secteur privé et public. Jusqu'à présent, le secteur privé n'occupe pas une position forte dans la vie économique du pays et par conséquent, estime-telle, une vision doit être développée pour développer des stratégies et des politiques pour promouvoir l'initiative privée et créer davantage d'incitations qui permettent aux investisseurs l'espace approprié pour la confiance mutuelle et contribuer à créer des opportunités de croissance économique qui aident à surmonter des défis tels que l'emploi, le chômage et la lutte contre la pauvreté.
Mme Souad se questionne toujours sur la compétitivité de l'économie algérienne. " La plupart des entreprises sont des PME, l'agriculture a encore besoin de modernisation, ce qui l’a conduite à un mode de production de petite envergure d'où l'importation des céréales et autres produits agro-alimentaires, un faible niveau d'industrialisation, une dépendance principalement à l'importation de matières premières et un manque de liaison entre les différents secteurs économiques.
 A.Z.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
Algérie-Iran: Examen des possibilités de développer la coopération dans le secteur des énergies renouvelables
 
 
Le ministre de la Transition énergétique et des énergies renouvelables, Ziane Benattou a reçu, mardi, au siège de son ...
Voir détail
   
Des partenariats Pnud-Associations pour la sensibilisation de la population
 
Le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD Algérie) a signé des partenariats avec 7 associations algériennes, dans le cadre du projet ...
Voir détail
   
Energie-hydrocarbures : Lamamra reçoit le directeur d'Anadarko-Algérie
 
 
Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, M. Ramtane Lamamra a accordé ...
Voir détail
   
Vaccination des enfants interchangeabilité des vaccins : Les précisions du Pr Redha Djijdik
 
La tendance baissière des cas de contamination de la Covid-19 se confirme. M. Djidjik Redha, professeur d'immunologie, chef de service  du laboratoire ...
Voir détail
   
Plan d'action du gouvernement: Le volet social domine les débats à l'APN
 
Les interventions des députés de l'Assemblée populaire nationale (APN) lors du débat du Plan d'action du gouvernement se sont axées sur les ...
Voir détail
   
PAG: Les députés appellent à se focaliser sur les secteurs créateurs de richesse
 
Le volet socio-économique était au centre des préoccupations soulevées mardi par les membres de l'Assemblée populaire nationale (APN) lors de ...
Voir détail
   
Covid-19: Il faut avoir des indicateurs épidémiologiques "solides" pour prévenir d'éventuelles vagues
 
Le chef de service d'immunologie au CHU de Beni Messous, professeur Reda Djidjik, a indiqué, mercredi à Alger, qu'il faudrait disposer d'indicateurs ...
Voir détail
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous