Vendredi 03-12-2021
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Nation  
 
 
 
Transition énergétique : Les défis des énergies renouvelables en Algérie pour les dix prochaines années
 
 
Mise à jour : 25-11-2021
 
En 2018, le mix énergétique algérien était composé de 1% de gaz de pétrole liquéfié (GPL), 20% de produits pétroliers et 79% de gaz. Les experts estiment que le pays atteindra le " pic pétrolier " entre 2035 et 2040, a noté " Lexology ", think tank et plateforme fournissant des mises à jour, analyses et informations juridiques internationales aux cabinets et sociétés multinationales.
Dans son analyse du futur du secteur énergétique en Algérie, cet organisme de consultations a brossé le tableau des perspectives de ce secteur, notamment les ressources naturelles dans les 10 prochaines années.
" La question de la transition énergétique est devenue une priorité pour le gouvernement algérien dès 2011. La transition de l'Algérie vers un nouveau modèle énergétique s'est inscrite dans la mise en place d'un programme de développement des énergies renouvelables (PNER) ainsi que de mesures incitatives. Le PNER visait initialement à installer une capacité d'énergie renouvelable d'environ 22 GW d'ici 2030 ", ont relevé les auteurs de l'étude de " Lexology ".
Ainsi, d'ici 2030, " 37 % de la capacité installée et 27% de la production électrique locale devraient provenir d'énergies renouvelables. La première phase (2015-2020) visait à atteindre une capacité de 4 000 MW, issus du photovoltaïque et de l'éolien avec une soixantaine de centrales, ainsi que 500 MW issus de la bioénergie, de la cogénération et de la géothermie ", a souligné la même étude, en mentionnant toutefois que " le calendrier de mise en œuvre de ce programme n'a jamais été respecté ".
Sur l'ensemble des projets pilotes totalisant les 110 MW prévus, seuls trois projets ont été réalisés, d'une puissance totale de 36 MW : la centrale hybride Hassi-Rmel ( 25 MW de solaire à concentration), la centrale photovoltaïque de Ghardaïa (1,1 MW), la centrale éolienne de 10,2 MW à Kabertène (Adrar).
Cependant, a fait observer " Lexology ", " même si la deuxième phase (2021-2030) vise à atteindre une capacité de 16,5 GW à partir du photovoltaïque, de l'éolien et du CSP ainsi que 1 GW à partir de la bioénergie, de la cogénération et de la géothermie, l'Algérie a pris du retard dans la transformation de son modèle énergétique comme initialement prévu ".
Un méga projet a été annoncé par le ministère de l'Energie pour la réalisation de centrales solaires photovoltaïques d'une capacité totale de 4 000 MW sur la période 2020-2024, mais en juin 2021, le ministre de la Transition énergétique et des énergies renouvelables de l'époque, Chems Eddine Chitour, avait confirmé l'abandon de ce projet, le jugeant irréaliste.
Il a annoncé, qu'en remplacement, un appel d'offres sera lancé pour la réalisation de centrales solaires d'une capacité de production de 1 000 MW en 2021, ajoutant que les études techniques ont été finalisées et les neuf wilayas qui accueilleront ce projet identifiées.
Comme le souligne le Commissariat aux Énergies renouvelables et à l'Efficacité énergétique, les gisements de ressources renouvelables de l'Algérie classée parmi les premières réserves mondiales et son extension territoriale qui lui permettent de bénéficier d'une vision prospective de politique énergétique présentent des prédispositions insuffisantes pour une transition énergétique vers le renouvelable.
Les enjeux sont multiples, et la réussite de la transition énergétique ne peut être atteinte que si certains fondamentaux sont réunis, a pointé Lexology.
Parmi les mesures préconisées, il citera : "  l'identification des composants à fabriquer localement par des investissements d'envergure ; le transfert de technologie, notamment concernant la fabrication locale d'équipements stratégiques ; la mise en place d'écoles et d'instituts d'ingénieurs et de techniciens spécialisés dans les énergies conventionnelles ou renouvelables ; la mise en place de partenariats stratégiques ; la transparence dans le  mise en œuvre de projets;  et la crédibilité des institutions ".
Dans ses perspectives sur les principales opportunités d'investissement dans les secteurs de l'énergie et des ressources naturelles au cours des 5 à 10 prochaines années pour l'Algérie, Lexology s'attend à ce que " les investissements dans les énergies renouvelables, et plus particulièrement dans l'énergie photovoltaïque, seront la priorité [des autorités algériennes] dans les années à venir ".
Concernant l'hydrogène vert, Lexology a écrit : " L'ancien ministre de la Transition énergétique a célébré la Journée de l'hydrogène vert le 19 avril 2021, déclarant la possibilité de remplacer le gaz naturel par l'hydrogène dans le mix énergétique.  L'idée est pertinente, dans la mesure où le réseau de gazoducs qui transportent le gaz pourrait être modifié pour livrer de l'hydrogène à l'Europe.  Cependant, ce projet ambitieux ne sera réalisé qu'en 2030 ".
Par ailleurs, il a estimé que " le gouvernement ralentit le développement de projets de gaz de schiste dans le sud de l'Algérie.  Il existe des risques de pollution écologique et environnementale : le Sahara algérien contient une nappe phréatique de 45 000 milliards de m3 d'eau douce, de faune, de flore et de populations très dépendantes de cet écosystème ". " Au vu de ce qui précède, il semble que la transition énergétique dans les dix prochaines années passe principalement par le développement des énergies renouvelables ", a conclut l'étude de Lexology.
H. M.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
Réussir la stratégie d'exportation Une chaîne logistique moderne et intégrée est plus que nécessaire
 
L'Algérie doit optimiser ses infrastructures réalisées dans le secteur du transport à travers la mise en place d'une chaîne ...
Voir détail
   
Tourisme Un nouvel arsenal juridique pour cadrer avec les exigences de l'heure
 
Projets de loi relatifs au code pénal et à la spéculation illicite
La Commission des affaires juridiques à ...
Voir détail
   
ALGERAC : Remise du premier certificat d'accréditation d'un Laboratoire national d'analyses minières à la fin de ce mois
 
Le directeur général de l'Organisme algérien d'accréditation (ALGERAC), Noureddine Boudissa, a annoncé hier la remise à ...
Voir détail
   
Installation des membres de la Cour Constitutionnelle Le Président Tebboune instaure de nouvelles traditions républicaines
 
Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a réellement fait bouger les lignes et instauré de nouvelles pratiques républicaines, dignes ...
Voir détail
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
  Sant
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous