Lundi 06-02-2023
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Nation  
 
 
 
Ahmed Ben Bella : "Je devais disparaitre, parce que je gênais…"
 
 
Mise à jour : 14-04-2019
 
Plus de six années après la disparation du premier président de l'Algérie indépendante, Ahmed Ben Bella, certaines voix commencent à dire la vérité sur le personnage, ce qu'il représentait pour l'Algérie et pour l'Afrique. Les vérités de Ben Bella sont reprises par l'écriture de l'histoire à savoir : l'illégitimité de la domination d'un peuple sur un autre que ce soit en Algérie où ailleurs, la réalité mondiale, et non pas arabe, de la colonisation et des luttes de libération nationale, l'ingérence occidentale pour renverser les gouvernements nationalistes et révolutionnaires du Sud et maintenir les séquelles de la colonisation. Pour le Président Ben Bella, c'est le fondamentalisme évangélique qui exporte la violence.
Ahmed Ben Bella est une des hautes figures du nationalisme arabe..Il fut l'un des neufs membres du Comité révolutionnaires algérien (CRA) qui donna naissance au FLN. Arrêté de  nouveau en 1956, avec cinq autres compagnons, il est détenu à la prison de la Santé jusqu'en 1962. Après la signature des accords d'Evian, il devient le premier président élu de l'Algérie indépendante. Sur le plan intérieur, il mène une politique socialiste caractérisée par un vaste programme de réforme agraire. Sur le plan international, il fait entrer l'Algérie à l'ONU et l'engage dans le mouvement des Non-alignés. Son influence grandissante dans la lutte contre l'impérialisme conduit de grandes puissances à favoriser son renversement par un coup d'état militaire. Il est placé en résidence surveillée de 1965    à 1980 ? Depuis lors, il s'est tenu à l'écart des affaires intérieures, mais continue à jouer un rôle international, notamment en tant que président de la Campagne internationale contre l'agression en Irak.
Le Président Ben Bella a payé cher le prix de son insoumission. Il l'a dit de son vivant. " Oui j'ai payé très cher mon combat pour la justice et la liberté des peuples. Mais voilà, j'ai fait ce que j'ai ressenti comme un devoir une obligation. Donc, pour moi le choix n'a pas été difficile. Quand je me suis engagé dans la lutte pour mon pays, j'étais très jeune. Mes horizons se sont ouverts. Je me suis très vite rendu compte que les problèmes allaient au-delà de l'Algérie, que la colonisation touchait quantité de peuples, que les trois quart des pays de la planète étaient colonisés d'une façon ou d'une autre. L'Algérie était alors, pour les Français, un département d'outre-mer, c'était la France de l'autre côté de la Méditerranée. La colonisation  par la France en Algérie a duré longtemps : 132 ans. J'ai participé à cette lutte-là en Algérie. Tout de suite après l'indépendance, je me suis associé à tous ceux qui, dans le monde, se battaient eux aussi pour libérer leur pays. Il y a donc eu cette phase de lutte de libération nationale à laquelle j'ai participé de façon totale. En Tunisie, au Maroc, au Vietnam, l'Algérie était devenue un peu la mère des luttes de libération nationales ; les soutenir était donc pour nous une tâche sacrée ".
Evoquant le coup d'Etat de 1965, le "Zaïm ", s'est dit ne ressentir aucun mépris, " je ne ressens pas de haine. Je pense qu'ils ont participé à quelque chose qui n'était pas très propre et qui a été très dommageable, non seulement pour le peuple algérien, mais également pour les autres peuples qui comptaient alors sur notre soutien. Mon combat pour apporter de meilleures conditions de vie aux Algériens, alors plongés dans une grande misère, et mon combat pour aider les autres peuples encore colonisés à recouvrer leur liberté, dérangeait fort certains pouvoirs. De leur point de vue j'allais trop loin. Je devais disparaitre, parce que je devenais trop gênant. J'abritais pratiquement tous les mouvements de libération, y compris ceux venus d'Amérique latine. 
 
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
De la colonisation à l'ingérence… : Pour Ahmed Ben Bella, la libération des peuples du Sud est inachevée
 
Ahmed Ben Bella est une des hautes figures du nationalisme arabe. Il fut l'un des neufs membres du Comité révolutionnaire algérien qui donna naissance au ...
Voir détail
   
Ben Bella : Le hold-up de la poste d'Oran
 
Certaines subtilités de ce dossier ne peuvent être saisies qu'avec un minimum de connaissance de la structure de l'OS. S'agissant d'une organisation ...
Voir détail
   
Un Ben Bella inoubliable : Évoquer ce personnage aujourd'hui est important
 
Inoubliable parce que le coup d'Etat dont il a été l'objet en 1965 reste jusqu'à présent une énigme pour les générations ...
Voir détail
   
Il y a sept ans le président Ahmed Ben Bella nous a quittés : Hommage à un des sages dirigeants de l'Afrique
 
Il y a six ans jour pour jour, soit le 11 avril 2012, le premier président de la République algérienne démocratique et populaire indépendante, ...
Voir détail
   
Pour le 8e vendredi consécutif : Le peuple ne se laisse pas faire et exige le départ des symboles du système
 
Les marches populaires se sont poursuivies à  Alger et dans les autres wilayas du pays, pour le huitième vendredi  consécutif, avec les mêmes ...
Voir détail
   
Registre de commerce : Prolongation du délai d'obtention du code électronique
 
L'opération de modification du registre du commerce des opérateurs économiques personnes physiques ou morales, pour l'obtention du code ...
Voir détail
   
Gaïd Salah : " Il s'agit de la réputation de notre pays et de l'image de marque de son Armée "
 
"La période de transition destinée à la préparation  de l’élection présidentielle, se fera avec l'accompagnement de ...
Voir détail
   
Manifestations à Alger : Le Directeur général de la Sureté nationale au chevet des policiers blessés
 
Le Directeur général de la Sûreté Nationale   (DGSN), Abdelkader Kara Bouhadba, accompagné du Wali d'Alger  Abdelkader Zoukh s'est ...
Voir détail
   
 
 
Ballon abattu Pékin fustige la décision américaine
Tableau de compétitivité des économies arabes La position de l'Algérie en amélioration
La cohésion sociale est le pilier de la citoyenneté
"Marocgate" Le Parlement européen lève l'immunité de deux élus
Pourquoi l’Algérie s’oppose au plafonnement des prix du gaz ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
  Santé
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous