Lundi 08-03-2021
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Internationnal  
 
 
 
Australie: la France dans le pré carré des États-Unis
 
 
Mise à jour : 24-01-2021
 
Une opération de déstabilisation en bonne et due forme, donc? «Ces éléments-là, surtout en matière de course aux armements, ce n’est jamais neutre. Il y a bien une volonté politique derrière», insiste notre intervenant. Il évoque au passage le «passif» dont pâtit la France dans le Pacifique, en particulier suite aux essais nucléaires, ainsi que le rôle que pourraient tenir les États-Unis dans l’éviction d’une France qui «marche sur ses plates-bandes».
Peu de chance aux yeux de Me de Maison Rouge que les Américains tolèrent sur long terme cette présence dans son pré carré, qui plus est dans le contexte du changement d’Administration, qui préfigure un regain de tensions entre Washington et Pékin. Comme le rappelle l’avocat, les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie entretiennent une collaboration étroite en matière de Défense, qui s’illustrent notamment par le traité du UKUSA (United Kingdom?–?United States Communications Intelligence Agreement) signé en 1946, en matière de renseignement, et resté secret jusqu’au scandale autour du système mondial d’espionnage Echelon. Le contrat géant de six milliards de dollars, raflé au milieu des années 1990 par Boeing à la barbe de son concurrent Airbus en Arabie saoudite est un exemple parmi d’autres de la capacité des services secrets américains à intercéder en faveur des groupes US. «Très clairement, depuis le départ de Trump, on sent que les cartes sont rebattues, qu’un nouvel arc se dessine avec des rangs anglo-saxons qui se resserrent face à l’axe russo-chinois», témoigne le spécialiste en intelligence économique. Une influence de Washington qui était allée jusqu’à imposer un partenaire américain au constructeur français. En effet, si Lockheed-Martin, le numéro un mondial de l’armement accompagne aujourd’hui le groupe français dans cette aventure, c’est parce qu’en 2016 «l’option française a été rudement controversée. Notamment par les États-Unis, très influents en Australie, et qui ont obtenu que le système de combat (l’“intelligence” technologique) des sous-marins ne soit pas français, mais américain», comme le rappelait Ouest-France le 20 janvier.
 
La France «a clairement profité des années Trump»
Pour l’avocat spécialiste de l’intelligence économique, la France «a clairement profité des années Trump», tout particulièrement en matière de contrats d’armement. Donald Trump «n’a jamais beaucoup aimé le kaki», insiste Olivier de Maison Rouge, pour qui le retour à la Maison-Blanche d’un Président pro-establishment signe la fin de la récréation pour les intérêts français. «Il va y avoir une véritable continuité dans la politique antichinoise des Américains, qui sous Trump étaient nationalistes et là on va revenir à des menées impérialistes avec Biden.» Au-delà du rouleau compresseur des sanctions extraterritoriales, qui avait particulièrement éprouvé les grands groupes français (BNP, Total, Crédit Agricole, Alstom, etc.) sous les mandats de Barack Obama, dont Olivier de Maison rouge se dit «intimement convaincu» qu’il devrait être remis en marche par son ex-Vice-Président, le mandat de Joe Biden devrait marquer un net retour de la défense des intérêts du complexe militaro-industriel états-unien par l’administration américaine. Une «redistribution des cartes» qui devraient subir les intérêts français, tout particulièrement dans la zone indopacifique. Dans le secteur de la Défense, la France figure à la troisième place mondiale. D’après l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), la Chine apparait, après l’Égypte, sur le podium des clients de l’industrie française d’armement entre 2013 et 2017. Sur la même période, la France s’avère être le deuxième fournisseur d’armes de Pékin (14%) après Moscou (65%). «Aujourd’hui, on cherche à faire rentrer la France dans le rang, très clairement», estime l’avocat «Il va falloir choisir son camp. À partir du moment où il y aura une hégémonie, cela veut dire qu’il y aura des vassaux et on sera à nouveau vassalisé et le meilleur moyen de vassaliser, de soumettre, c’est précisément d’affaiblir», conclut Me de Maison Rouge.
 
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
Naval Group malmené en Australie sur son contrat de sous-marins: «Une opération de guerre informationnelle»
 
Naval Group est à nouveau la cible de virulentes critiques en Australie. Une situation fréquente depuis que le groupe français a remporté en 2016 le ...
Voir détail
   
La Coupe du monde de foot derrière l’embargo des pays arabes contre le Qatar?
 
 
Alors que la présidence de Donald Trump s’achevait, le blocus du Qatar mené par ses voisins arabes a également pris fin. Les ...
Voir détail
   
Accord Pfizer-BioNTech et OMS : Pour apporter 40 millions de doses de vaccins au système Covax
 
L'Organisation mondiale de la santé et Pfizer-BioNTech ont annoncé vendredi un accord qui doit permettre de fournir 40 millions de doses du vaccin anti-Covid-19 du ...
Voir détail
   
Gel des importations des viandes rouges : Plus de 200 millions de dollars à préserver annuellement
 
Le gel des importations des viandes rouges décidé par les pouvoirs publics, depuis le 4ème trimestre 2020, permettra à l'Algérie ...
Voir détail
   
 
 
Abderrahmane Benkhalfa : “Les traitements conjoncturels de l'économie ne peuvent pas remplacer les traitements structurels”
Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde
Covid-19: essais prometteurs pour un médicament par voie orale
En termes de formation : Beldjoud réaffirme son engagement à accompagner l'élément féminin de la Sûreté nationale
Preure sur l'acquisition de la raffinerie d'Augusta : " C'est une chaîne de décisions qui est en cause "
 
 
 
La CNMA offre gracieusement 20 parts ...
La Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) a décidé, à l'occasion de la journée de la Femme, d'offrir gracieusement 20 parts sociales ...
   
  Lire la suite
 
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous