Vendredi 03-12-2021
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Maghreb  
 
 
 
Sahara occidental: Le Polisario fustige Paris et Madrid pour lchec de la dcolonisation
 
 
Mise à jour : 31-10-2021
 
Le représentant du Front Polisario en Europe et auprès de l'Union européenne (UE), Oubi Bouchraya Bachir, a fustigé la France qui, selon lui, "s’interdit de facto de jouer un rôle" dans la résolution du conflit du Sahara occidental, et a critiqué l’Espagne qui continue de faire fi de sa responsabilité historique vis-à-vis du peuple sahraoui. 
 
Dans un entretien accordé au journal "La Croix", M. Oubi a regretté la position de l’Espagne qui "se dit officiellement neutre et, ce faisant, se comporte comme des pays dénués de toute relation avec le Sahara occidental. Or l’ancienne puissance coloniale a une dette historique. Elle porte une lourde responsabilité morale et juridique dans l’échec de la décolonisation, non seulement vis-à-vis des Sahraouis mais aussi de toute la région". Quant à la France, le diplomate sahraoui a estimé qu'elle se situe résolument aux côtés du Maroc qui défend la prétendue "marocanité" du Sahara occidental et "s’interdit de facto de jouer un rôle dans la résolution du conflit". Au moment où, au sein de l'Union européenne (UE), l’Allemagne, les Pays Bas, les pays nordiques rappellent le droit international pour résoudre cette question irrésolue de décolonisation, la position de la France "s’est même durcie ces dernières années", a constaté Oubi. La raison pour laquelle, dit-il, le Front Polisario, n'a plus aucun contact avec Paris depuis 2017.
Du côté de l’ONU, "personne ne veut obliger le Maroc à payer la facture de la paix", a-t-il affirmé. "Nous avons eu dans le passé des émissaires de très grande qualité, les Américains James Baker et Christopher Ross ou l’Allemand Horst K?hler. Tous les trois ont démissionné". Le problème, selon lui, "ne réside pas dans ce poste d’Envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU, mais se situe au sein du Conseil de sécurité. Ce dernier se contente de gérer le conflit sans vouloir le résoudre".
Or, ce statu quo, c’est-à-dire le blocage de la situation et la consolidation de la colonisation, "a contribué à tarir l’information et à faire oublier ce conflit qui empoisonne pourtant la région du Maghreb depuis des décennies", a-t-il relevé. La reprise de la guerre  au Sahara occidental, il y a près d'un an, le 13 novembre 2020, "va contribuer à nous rendre plus visibles. Nous comptons également sur le nouvel envoyé spécial de l’ONU, Staffan de Mistura, qui va, enfin, remplacer l’ancien président allemand Horst Kohler qui avait démissionné il y a deux ans et demi", a-t-il poursuivi. Pour le Front Polisario, il n’est pas question de faire davantage de concessions. "Il ne peut y avoir une formule avec un gagnant et un perdant. Il faut régler cette question de souveraineté", a-t-il enchaîné. Les Sahraouis en ont assez fait dans le passé. En 1991, le Font Polisario avait accepté que le référendum d’autodétermination du peuple sahraoui se fasse sur la base du recensement espagnol de 1974. En 2003, il avait accepté le dernier plan Baker qui avait été validé par le Conseil de sécurité. Ce plan prévoyait quatre à cinq ans de large autonomie avant la tenue du référendum d’autodétermination auquel devaient participer les colons marocains. "Le Maroc a refusé. L’ONU a été complaisante à son égard et a ainsi alimenté son arrogance", a noté le diplomate dans le même entretien. Il a rappelé également qu'en 2007, le Front Polisario, unique représentant légitime du peuple sahraoui, avait proposé un package de garanties pour le Maroc qui prévoyait notamment, après l'indépendance du Sahara occidental, une régularisation des colons, une exploitation conjointe des ressources naturelles et la sécurité des frontières. Or, d'après le représentant du Front Polisario en Europe et auprès de l'Union européenne (UE), Oubi Bouchraya Bachir, le Maroc refuse toute concession. Il n’envisage qu’"une autonomie" au sein du royaume ce qui est en contradiction avec le droit international et le droit de la décolonisation.
 
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
Des juristes analysent la porte de l'annulation de deux accords commerciaux entre l'UE et le Maroc
 
Les arrêts du Tribunal de l'Union européenne (UE) du 29 septembre dernier, annulant deux accords commerciaux entre l'UE et le Maroc, ont mis en avant trois ...
Voir détail
   
Un eurodput plaide pour un rglement politique de la question sahraouie
 
 
Le député européen et président du Groupe de la paix pour le peuple sahraoui, Andreas Schieder, a affirmé que la question ...
Voir détail
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
  Sant
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous